Ces entreprises qui chouchoutent leurs actionnaires individuels

Posté le : 30/11/2015

Première étude de cet ordre menée par les services de l’AMF, elle dresse le bilan et les bonnes pratiques étudiées auprès de 80 émetteurs. Fort de ces enseignements, le régulateur complète par ailleurs sa doctrine avec la publication d’une position et d’une recommandation.
L’information des investisseurs et la protection des épargnants sont deux missions fondamentales de l’Autorité des marchés financiers. Dans ce cadre, l’AMF développe depuis plusieurs années de nombreuses actions à destination des actionnaires individuels mais aussi des professionnels. Par des conférences, des guides pédagogiques ou d’autres publications, le régulateur s’attache à valoriser les bénéfices de l’investissement en actions et à mieux diffuser les bonnes pratiques pour contribuer à son développement. A cet égard, une étude a été menée sur les dispositifs de relations actionnaires de 80 entreprises cotées (l’ensemble des sociétés du CAC 40 et du CAC PME(1).
Elle a été conduite dans une logique opérationnelle, et porte sur les pratiques existantes en matière de communication actionnariale : connaissance de cet actionnariat, modalités et outils de communication, actions de fidélisation, mode de consultation etc.
Parmi les principaux constats de ce panorama, il convient de noter la grande disparité dans les stratégies déployées par les sociétés cotées :
    •    Certaines font le choix de ne pas s’adresser spécifiquement aux actionnaires individuels et s’en tiennent à l’information réglementée, complétée éventuellement de communications dédiées aux investisseurs institutionnels ;
    •    L’histoire boursière des sociétés, l’éclatement de leur actionnariat ou des stratégies de réputation et d’image peuvent être les moteurs d’une stratégie plus dynamique à destination des particuliers : digitalisation des outils, rencontres avec les actionnaires en dehors des assemblées générales ou encore organisation de formations financières sont quelques-uns des outils développés par les émetteurs pour leurs actionnaires individuels ;
    •    Enfin, il convient de noter l’existence d’approches offensives, orientées vers la conquête de nouveaux actionnaires particuliers. Celles-ci demeurent encore rares : des initiatives de sensibilisation via des supports vidéo ou publicitaires par exemple, plus créatifs que l’information réglementaire classique, restent encore très ponctuelles.
(étude complète sur www.amf-france.org)