Le locataire est-il un consommateur comme un autre ?

Posté le : 13/02/2017

Selon la Cour de cassation, le locataire ne bénéficie pas de la protection du droit de la consommation. Il n'est soumis qu'à la loi de juillet 1989 qui réglemente les relations entre locataires et propriétaires, ajoute la Cour. La justice a énoncé ce principe alors qu'elle se prononçait sur la durée de la prescription pour les réparations locatives ou les loyers impayés. Le propriétaire, selon cette loi, dispose de trois ans pour saisir la justice s'il n'est pas payé, alors que le code de la consommation énonce que la prescription est de deux ans pour les professionnels réclamant un paiement à un consommateur. Le procès opposait un bailleur social à un ancien locataire. Ce dernier refusait de payer en faisant valoir qu'il était bénéficiaire d'un service rendu par un professionnel et que plus de deux ans s'étaient écoulés depuis les échéances de loyers impayées. "L'action des professionnels, pour les biens ou les services qu'ils fournissent aux consommateurs, se prescrit par deux ans", énonce le code de la consommation. Mais pour la justice, la loi spéciale de 1989, pour les baux d'habitation, déroge à ce principe. "Toutes actions dérivant d'un contrat de bail sont prescrites par trois ans à compter du jour où le titulaire d'un droit a connu ou aurait dû connaître les faits", qu'il s'agisse des loyers et charges impayés ou des dettes nées de dégradations locatives.